Rechercher

5 causes de douleurs en bas du dos

Dernière mise à jour : 8 mars


Qui n’a jamais eu mal en bas du dos ?

Les lombalgies sont probablement le symptôme le plus courant dont se plaignent les patients.

Le problème, c'est que même lorsque le bas du dos ne vous fait souffrir qu’une ou deux fois par an, c'est souvent déjà un gros signal d'alarme.

S’il y avait une autre raison à la douleur que de simples tensions musculaires ?

C’est là que les chiropracteurs entrent en jeu !

Il est important de déterminer l’origine des douleurs et d’être suivi par un professionnel qualifié, car les causes de lombalgies peuvent être multiples :


  • Entorse musculaire ou ligamentaire

Ce type de blessure peut survenir de façon soudaine à la suite d'un traumatisme, ou être le résultat d'un mouvement répétitif : soulever quelque chose de trop lourd et/ou éventuellement se tordre en le soulevant, un mouvement soudain qui sollicite trop les muscles de la région, une chute, une mauvaise posture au travail, ou bien des années d'activité sportive intense ou de blessures.

Même si une simple élongation musculaire n'a pas l'air grave et se résorbe souvent d'elle-même en quelques jours, elle peut être extrêmement douloureuse, et en cas d'épisodes multiples au fil des années, entraîner des troubles plus graves.


  • Pincement d'un nerf dû à une protrusion ou à une hernie discale

Entre chacune des vertèbres mobiles de la colonne vertébrale se trouve un disque intervertébral formé d'une structure fibreuse et solide qui contient un noyau gélatineux. Une hernie discale se produit lorsqu'un disque s’affaiblit, se fissure ou se rompt et qu’une partie du noyau gélatineux fait irruption, venant comprimer les racines nerveuses. La plupart des hernies discales surviennent au niveau lombaire, et pour 95% aux étages L4-L5 et L5-S1.

Les symptômes restent rarement dans le bas du dos, et se localisent souvent au niveau des membres inférieurs : sciatiques, cruralgies, fourmillements dans les pieds, crampes dans les mollets, perte de force dans les jambes...


  • Arthrose

L’arthrose est au départ une dégénérescence relativement normale des articulations, qui perdent un peu de souplesse et d’élasticité avec le temps... Elle devrait être très rare avant 60 voire 70 ans !! Mais le mode de vie, associé aux antécédents et aux traumatismes de chacun, et un soupçon d’hérédité, la font se manifester souvent beaucoup trop tôt.

L'arthrose est associée à une dégénérescence discale (le cartilage qui s’use) et à une croissance osseuse excessive sur les vertèbres (ce qu’on appelle ostéophytes ou becs de perroquets).

Trop d’arthrose au niveau des vertèbres lombaire finit par provoquer une sténose rachidienne, c’est-à-dire un canal lombaire étroit : rétrécissement du canal par lequel passe la moelle épinière. C’est assez grave, les douleurs provoquées descendent dans les jambes, et si l’on attend trop pour consulter, la seule solution finira par être une chirurgie risquée pour « racler » les excroissances...


  • Discopathie dégénérative

Au fil des années, avec les traumatismes, les élongations musculaires, les mauvaises postures, les mauvaises literies, les sports pratiqués, le stress, etc., les disques intervertébraux se détériorent et leur taille diminue. Cette usure passe facilement inaperçue parce que la douleur est souvent de courte durée au départ, facilement traitée avec un peu de Doliprane®... jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de disque du tout, et qu’elle finisse par être permanente quand le mal est déjà fait ! La prévention est essentielle lorsqu'il s'agit de dégénérescence : plus tôt on diagnostique et on traite un état dégénératif, plus il est facile d'arrêter les dommages supplémentaires.


  • Scoliose

Une scoliose est une déviation latérale de la colonne vertébrale. Le plus gros problème des scolioses à long terme est une compression nerveuse importante, voire grave, qui pourrait diminuer les fonctions des organes et des muscles que ces nerfs innervent. Il arrive que les scolioses ne présentent pas de symptômes ni de douleur, mais la plupart du temps elles causent des compensations musculaires importantes, et une usure prématurée (arthrose) de la colonne vertébrale. Plus le diagnostic et le traitement sont précoces, meilleurs sont les résultats sur le long terme !



En cas de douleurs, même ponctuelles, n’attendez pas !


Les ajustements chiropratiques réguliers (ce qu’on appelle l’entretien) permettent de garder la meilleure mobilité possible au niveau de votre colonne vertébrale, et ce tout au long de votre vie: c’est pourquoi ils sont efficaces contre l’arthrose en limitant les adhérences et en ralentissant son évolution, ils préservent aussi les disques intervertébraux et garantissent un fonctionnement optimal du système nerveux.


Mieux vaut prévenir que guérir...

118 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout