top of page
Rechercher

Peut-on vraiment lutter contre l'arthrose?


L’arthrose, un processus inéluctable:


L'arthrose reste la maladie articulaire la plus répandue, se manifestant généralement à partir de 60 ans. Elle se caractérise par une atteinte de tous les tissus d’une articulation, en commençant par la dégénérescence du cartilage articulaire. Le cartilage est un tissu visco-élastique qui recouvre les surfaces osseuses de l’articulation. Il a pour fonction de faciliter le glissement de ces dernières les unes sur les autres. Il a également une extraordinaire capacité d'amortissement et de répartition des pressions, ce qui permet une diminution des contraintes mécaniques imposées à l'articulation.

Les autres tissus de l’articulation sont impliqués également dans le processus arthrosique: la membrane synoviale qui tapisse l’intérieur de la capsule articulaire, chargée de produire le liquide synovial qui lubrifie le cartilage. Et enfin l’os sous-chondral qui est la couche d’os se situant entre le cartilage et l’os proprement dit.


L’arthrose se manifeste essentiellement par des douleurs et des raideurs, et parfois par une inflammation et/ou à une accumulation de liquide dans la cavité articulaire (épanchements).

Elle peut engendrer un handicap majeur, avec une perte de mobilité.



L’arthrose, une dégénérescence aux causes multiples:


Finalement, l’arthrose est un vieillissement relativement « normal»; toutefois, il existe nombre de facteurs associés au risque de la développer.

On retrouve l’âge en premier lieu: 65 % des plus de 65 ans et 80 % des plus de 80 ans sont concernés, contre seulement 3 % des moins de 45 ans.

Avec l’âge, s’ajoutent

- différentes causes traumatiques articulaires

- accidents

- sédentarité

- surpoids

- hérédité

- métiers difficiles avec port fréquent de charges lourdes

- pratique de sports trop intense ou mal contrôlée

- certaines anomalies anatomiques (des déviations de l’axe de la jambe comme le genu varum ou valgum, ou des dysplasies de hanche)

- des désordres métaboliques générés par le diabète, l’obésité, l’hypertension artérielle ou encore les dyslipidémies

- certaines autres maladies de l’articulation, comme la chondrocalcinose (caractérisée par des dépôts de calcium dans le cartilage), la goutte (caractérisée par des dépôts d’acide urique dans l’articulation) - - les rhumatismes inflammatoires potentiellement destructeurs comme la polyarthrite rhumatoïde ou le rhumatisme psoriasique.



L’arthrose vertébrale, la plus fréquente chez les seniors:


Chez les plus de 65 ans, l'arthrose la plus fréquente est celle de la colonne vertébrale, touchant les vertèbres et les disques intervertébraux, (appelée également discarthrose).

Des saillies anormales (ostéophytes ou becs de perroquet) apparaissent et causent une irritation des tissus environnants.

Une rigidité et une perte de la mobilité du dos surviennent, et endommagent d'autres vertèbres alors lourdement sollicitées, ainsi que des tendons, des ligaments et des muscles surchargés de travail.

Les disques intervertébraux, principaux amortisseurs de la colonne vertébrale, commencent à diminuer et peinent à remplir leur rôle.


Dans la plupart des cas, l'arthrose vertébrale reste longtemps silencieuse... Mais en raison du poids que supportent les articulations du dos, elle finit par s'aggraver d'année en année et peut devenir vraiment invalidante, que ce soit par rapport aux douleurs ou bien aux raideurs qui empêchent de se mouvoir correctement. Ce qui peut conduire à l’un des principaux problèmes de la colonne vertébrale des seniors, à savoir le canal lombaire étroit.


Puisque l’arthrose est un processus naturel, comment la prévenir ou éviter le pire ?


Si une articulation est arthrosée et déjà abîmée, il est malheureusement impossible de revenir en arrière et de lui rendre son état normal… D’où l'importance de ne pas laisser les choses trop dégénérer et de diagnostiquer l'arthrose à ses débuts !

Mais rassurez-vous, avec une bonne prise en charge, dans la plupart des cas il est tout de même possible de limiter la dégénérescence, et même de récupérer une bonne partie du mouvement.


L'alimentation adaptée, les compléments alimentaires, les cures thermales et la perte de poids, entre autres, ont démontré leur efficacité dans le soulagement de l'arthrose.

Cependant le plus important reste LE MOUVEMENT : ne pas laisser les articulations se raidir !

Il faut rester actif, avoir une activité adaptée (la marche simple peut suffire), car la sédentarité est à bannir. En effet, c'est grâce au mouvement que le liquide synovial peut se répartir et englober l'articulation, pour protéger le cartilage et nourrir les chondrocytes, qui sont les cellules spécialement conçues pour produire et réparer ce dernier.



Et pour mobiliser le dos efficacement, pour permettre à chaque vertèbre de bouger correctement, les manipulations vertébrales sont très performantes. Une étude rétrospective réalisée en 2022 au Canada a mis en évidence une diminution de la douleurs liées à l’arthrose chez des patients ayant eu une prise en charge chiropratique. (1)


En prévention, les ajustements chiropratiques réguliers diminuent le risque de développement d'arthrose dans les articulations en favorisant leur amplitude de mouvement. Quand l'arthrose est déjà présente, ils permettent de diminuer les raideurs et les douleurs, et de retrouver une mobilité maximale.



L'arthrose n'est pas une fatalité. C'est un processus naturel et normal passé un certain âge, cependant il est possible de la limiter efficacement, alors prenez soin de votre dos et faites-vous ajuster RÉGULIÈREMENT.






Références

(1) Utilization of chiropractic services in patients with osteoarthritis and spine pain at a publicly funded healthcare facility in Canada: A retrospective study Amber Reichardt , Steven R Passmore , Audrey Toth , Gerald Olin

https://www.inserm.fr/dossier/arthrose/#:~:text=L'arthrose%20est%20une%20maladie,la %20progression%20de%20la%20maladie

49 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page